Areknames – In case of loss

arekanmes_in_case_of_loss

Dans le registre de la progressive à couleurs seventies, il est permis de distinguer, au beau milieu des faussaires et autres pourvoyeurs d’indigestes resucées, quelques vrais talents. Ceux-là savent transfigurer l’héritage de glorieux aînés pour faire jaillir autre chose, un univers, une inventivité. Au même titre que les Suédois de Beardfish, les Italiens de Areknames font incontestablement partie de cette dernière, rare et précieuse catégorie. Leurs deux premiers albums, en 2003 puis 2006, avaient déjà surpris et séduit : tourmenté et noir comme du Van der Graaf Generator, lourd et puissant comme du Black Sabbath, virtuose et psyché comme du Atomic Rooster, ce monde-là sonnait bien au final comme du pur Areknames. Pour ... Lire la suite