Muse – Black holes and revelation

Muse- Black holes and revelation

Trois ans après un Absolution qui sonnait comme le digne prolongement de Origin of Symmetry, jusque là sa référence, Muse était forcément attendu au tournant : Matthew Bellamy et ses deux acolytes étaient-ils capables de renouvellement, ou le filon de leur très typique et électrique grandiloquence allait-il cette fois dangereusement s’approcher de l’épuisement ?  A vrai dire, on est tenté de répondre doublement non : ni révélations, ni trous noirs dans ce quatrième album, juste la belle confirmation que, du moins encore pour cette fois,  Muse sait rester fidèle à lui-même sans perdre pour autant sa force et sa fraîcheur. Bref, jusqu’ici, tout va bien... Le morceau d’ouverture, « Take a bow », semble sorti tout ... Lire la suite

Muse – Absolution

Muse- Absolution

Porté au pinacle par la presse-rock bien pensante à la sortie de Showbiz, son premier album (1999), Muse n'est pourtant plus en odeur de sainteté auprès des bons apôtres de la pensée unique. C'est qu'Origin of Symmetry, petit chef d'oeuvre de power-pop épique à la fois planante et énervée, est passé par là en 2001. Muse y affirmait pleinement sa personnalité, et cette personnalité-là, forcément, ne pouvait plaire à tout le monde. Passe encore qu'un chanteur puisse évoquer un subtil compromis entre les voix de Jeff Buckley et de Thom Yorke. Mais qu'il se mette à grandiloquer façon Freddy Mercury sur des accents "néo-classiques" évoquant en filigrane ce vieux rock ... Lire la suite